le Mexique

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

 Le Cyprès de Tule, Mexique

Pour ce qui est du Mexique et du plus large arbres au monde, l’Arbre de Tule, j’avais au préalable pris un contact avec des amis de Pancho, propriétaire du Reptiland de Martel, dans le Lot, qui habitent à Oaxaca, non loin de Tule. Je suis donc allé chez eux pour quelques jours, le temps de réaliser ma prise de vue. Alicia et Jojelio sont devenus mes amis. Je fus leur hôte et ils ont tout organisé pour que je puisse réaliser une splendide photo, comme celle de réunir les enfants de la petite école de Tule sous cet immense Cyprès (Taxodium mucronatum). Ce ne fut pas si évident car d’une part il fallait parler espagnol, ce qui n’est pas mon cas, mais c’était surtout d’obtenir l’autorisation pour réunir les enfants. Mais tout c’est bien déroulé.

Les enfants sont arrivés un beau matin, à la file indienne. J’étais si heureux.

« Les enfants ont l’avenir de la Planète dans leur coeur et dans leurs mains »

Je suis revenu plusieurs fois sous cet arbre, tout en observant l’état de santé de ces autres congénères, sans doute ses descendants. Ils sont en train de dessécher.

Alicia, Jojelio et leurs enfants m’ont montré Oaxaca, les temples Zapothèques comme le Mont Alban. Quelle merveilleuse construction que d’avoir transporté d’immenses pierres venues de si loin, pour la vénération de leurs dieux.

Malgré l’important nombre de touristes et badauds qui viennent voir cet arbre, tout les jours, certains ne font que passer sans avoir un profond respect pour cet arbre, d’autres vont l’observer, le sentir. D’ailleurs les enfants du village de retour de l’école, viennent expliquer en toutes les langues, la légende du Cyprès de Tule. Munis de petits miroirs, il vont éclairer les parties sombres du tronc, en dirigeant les rayons du soleil, afin de montrer à ces touristes certaines formes animales. Voyez-vous la tête de lion et l’éléphant?

« Arbol del Tule »

L’arbre légende du Mexique, le plus large de la Planète.

L’Arbre géant de Tule (Santa Maria del Tule – Oaxaca – Mexique), n’est pas le plus étroit des arbres vivants, mais l’un des plus imposants du monde. Seuls les Baobabs d’Afrique ont de rares spécimens, rivalisant avec le Cyprès de Tule.

 » Le Géant de Tule  » fait partie des Cyprès de Montezuma (Taxodium mucronatum), un proche cousin des cyprès chauves si commun dans les marécages et terrains humides du Sud-Est des Etats-Unis.

Il est indigène du Mexique et d’ailleurs différents spécimens géants ont été recensés. En fait, il est l’arbre national du Mexique, et est surnommé « Ahuehuete ».

Le plus large, quoique n’étant pas le plus haut, c’est bien le Cyprès de Tule!

Cet arbre fut examiné et investit par les conquistadores espagnols en 1586 et à cette époque, il fût déjà exceptionnel; puis il fût foudroyé quelques cent ans auparavant. Les Indiens habitant près de lui se remémorent que cette immense frondaison pouvait ombrager plus d’un milliers de personnes. La foudre se fracassa en plein dans son coeur, laissant un grand trou et détruisit 3 pièces maîtresses de son tronc fragmenté.

L’arbre a survécu à cette catastrophe et continua à prospérer au travers tous ces siècles; la cavité fut protégée et la grande frondaison restaurée.

Différentes mesures ont été prises autour du tronc depuis des siècles. Son tronc cannelé, sinueux, rend complexe sa mesure. Les dernières réalisées indiquent un diamètre de 12 m, soit plus de 40 m de circonférence à hauteur de poitrine! A 9 m de haut, le tronc se divise en de multiples et gigantesques branches, brandissant une immense frondaison de 45 m de diamètre. Cette vaste couronne n’est pas très haute, culminant à 43 m de hauteur.

Mais quel âge à l’Arbre de Tule? A son pied, il est indiqué 2000 ans… Mais différentes recherches scientifiques lui attribueraient beaucoup plus.

De toutes les manières, il reste, quoiqu’il en soit dit, un des plus anciens arbres vivant sur la planète et restant debout, orné de sa magnifique ramure.

La légende de l’Arbre de Tule, à Oaxaca :

Très longtemps auparavant, quand les humains commencèrent à être sédentaires, une petite place était encore inhabitée par les humains. Ce fut un endroit charmant avec beaucoup d’animaux et différents climats.

« Je continue mon histoire ».

Il y avait un arbre fabuleux et gigantesque et sous ses racines coulait une rivière souterraine, laquelle apportait toute la nourriture à l’arbre, pour son beau feuillage. Ce qui lui permit de devenir le plus beau de la ville.

Sous sa fraîche ramure, les animaux se plaisaient d’y rester et parler entre eux pacifiquement; car en ces temps reculés, les animaux vivaient ensemble et parlait le même langage.

Mais un jour, ils se lamentaient, surtout le lion, le daim, le crocodile, le serpent, l’éléphant et la tortue, de la méchanceté des Hommes et racontaient qu’ils souffraient à cause d’eux.

Alors tous les animaux décidèrent de parler avec “Pitao”, le dieu protecteur des animaux, lequel vivait dans une grotte.

Il écouta attentivement tous leurs problèmes. Il réfléchi longuement et s’exclama:

“c’est un problème fondamental. Le gagnant de cette infinie chaîne alimentaire est le plus fort; et dans ce cas, les humains, avec leur “intelligence” peuvent vous capturer et vous tuer. De plus, vous ne savez pas comment défendre la liberté que vous a offert Dame Nature.”

“Mais, Maître, nous n’avons pas leurs armes pour nous défendre,” s’exclament les animaux.
“N’oubliez surtout pas que vous avez vos corps et l’environnement comme armes! Maintenant rentrez chez vous car il est tard et retenez encore ces conseils:

Utilisez votre propre force pour vous défendre; votre instinct vous guidera. Soyez agiles, intelligents et attentifs à tous les dangers.”
Avec les paroles de leur dieu, les animaux marchèrent en file indienne vers la sortie de la grotte où vivait leur dieu “Pitao”. Inquiets, ils sortirent en silence, sous le clair de lune, avec un silence immuable. Ils flânaient près le l’arbre, quand soudain, beaucoup de chasseurs jaillirent de toutes les directions.

Les animaux, effrayés, essayèrent de fuir en galopant partout.

Le vieil arbre observait ce désastre et pensa à cet effroyable carnage. Il décida d’agir.

Il interpella les animaux et leur parla:

“Dépêchez-vous! Vous devez vous cacher dans mes branches.”

Tous les animaux grimpaient de toutes parts dans la ramure de l’arbre et les chasseurs ne purent les retrouver. Ces derniers étaient désappointés.

Soudain, les animaux furent emprisonnés dans l’arbre. Ils ne pouvaient ni bouger, ni sortir.

Cette action était dû au dieu “Xoco”, protecteur de la chasse. En colère, il emprisonna les animaux dans le tronc de l’arbre. Ils devinrent des offrandes, car avec la vie des animaux, l’arbre était rassasié à vie et pourrait vivre encore des siècles. Les têtes des animaux étaient gravées sur le tronc pour l’éternité.

Le dieu “Pitao” pris pitié d’eux et décida de parler avec le dieu “Xoco“.

Ce dieu refusa de rendre les animaux car l’arbre avait pris ses offrandes et rempli de sa colère, il voulait punir le dieu “Pitao“, car l’arbre était de sa responsabilité.

“ Depuis que vous vénérez les animaux, je dois les tuer “, dit “Xoco“.

Soudain, il dirigea son doigt et tira plein de petites aiguilles, et volèrent à toutes allures dans toute la ville, pour s’enfoncer dans le cou des animaux et les tuaient immédiatement.

Le dieu “Pitao“ fut si furieux qu’il augmenta la température du soleil, aussi forte que toutes les éspèces floristiques desséchèrent car inutiles après la disparition des animaux.

Effrayé, le dieu “ Xoco “ vit comment la Terre desséchée se craquelait de toute part, et il dit:

“Arrêtez tout cela! Et je vous donnerais un cadeau pour votre arbre, mais arrêtez la sécheresse car elle s’étend dans tout mon royaume!”

Le dieu “Pitao” stoppa les forts rayonnements solaires et s’exclama:

“Donnez-moi tous les animaux que les Hommes auront besoin et vous et moi seront heureux.”

De cette demande, “Xoco” fit ressortir du tronc les chiens, les vaches, les moutons, le bétail, les chevaux, les volailles. Mais un problème se posa; le climat n’était pas bon pour eux, et les dieux étaient d’accord pour un climat de steppe à ce pays.

Et maintenant, non loin de cela, le peuple vit un superbe et lumineux arbre. Eh oui, c’était notre arbre! Il survécu et merci à la rivière souterraine. Le dieu “Xoco” pensait que c’était divin et dit:

“Je ne sais pas comment j’ai pu hésiter pour donner un cadeau à cet arbre, de notre magnifique jardin.”

Grâce à ses mots, et par magie, le vieil arbre fut entouré de gens. Oui, ce don était en fait la protection humaine. Maintenant et pour l’éternité, les gens le protégerons.

Les dieux contemplèrent tout cela et prononcèrent ces mots célestes à l’arbre :

“ Tu seras appelé l’Arbre de Tule. Cela signifie:

            Tu (Tu)

            Uniras (Uniras)

            Les (Los)

            Ennemis.” (Enemigos)

Et les hommes écoutèrent les paroles des dieux et apprécièrent l’arbre avec plus d’amour: “L’Arbre de Tule, tu es notre Ami.”

Auteur: Ximena Diaz-Cid

Malheureusement, depuis 1940, l’espace vital de l’arbre a considérablement changé. Le manque d’eau souterraine et l’urbanisation, mais aussi d’autres facteurs ont sérieusement compromis le futur de ces arbres monumentaux. De ce fait, l’organisation « Mi Amigo el Arbol » a été mis en place en 1994.

Le bilan phytosanitaire montre que l’Arbre de Tule peut supporter un nombre important de plantes, d’animaux incluant de sévères pathogènes qui vivent en lui.

Par contre, ce diagnostic montre que le changement radical de l’environnement, particulièrement la réduction de la nappe phréatique et de l’habitat naturel qui l’entoure pourrait menacer son existence. Comme vous pouvez le voir, il existe d’autres arbres de même espèce dans le village et leur état sanitaire est déplorable, sans doute dû au manque d’eau, et seul l’immense Arbol del Tule est restauré et protégé.

Donc, le moment pour protéger cet arbre est maintenant. Si aucune action n’est menée, cela pourra engendrer le déclin de ce magnifique cyprès voir sa mort. Il est à lui seul un indicateur de régulation pour les terres qui l’entourent.

Sa perte sera la honte de ces générations d’Oaxacans, pour ne pas avoir agit à temps pour résoudre ce problème.

Mi Amigo el Arbol a proposé au gouvernement de déclarer cette zone “aire protégée ». Et pourquoi pas la classer en tant que Patrimoine Mondial de l’UNESCO, étant donné que ce cyprès est unique? J’en avais fait la demande au près de l’UNESCO, et j’avais reçu un courrier de la Mission Permanente du Mexique à l’UNESCO, comme quoi le Gouvernement mexicain avait inscrit l’Arbre de Tule sur la liste du Patrimoine Mondial. Alors Qu’en est-il?